Le cancer de la prostate

Réalisé en collaboration avec des experts de différentes spécialités (urologues, oncologues, sexologues, psychologues, etc.), Prostanet.com est un site d’information dédié exclusivement au cancer de la prostate, à destination des patients et de leurs proches

A+A-

Arrêt des traitements spécifiques : le temps qu’il reste à vivre

Plaisir et bonheur suite à l'arrêt des traitements d'une famille en ballade dans la forêt, avec un chien

Le cancer de la prostate se développe lentement, le plus souvent sur plusieurs années. De nombreux hommes plus âgés mourront de maladies autres que du cancer. Mais certaines tumeurs, lorsqu'elles sont détectées à un stade tardif, ou très agressives, répondent mal au traitement curatif et réapparaissent après un certain temps (c'est la récidive). Malgré une thérapeutique adaptée, la maladie peut alors avancer inexorablement vers un stade où les traitements curatifs ne sont plus efficaces.

Evolution du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate, lorsqu'il rechute après un traitement local optimal (chirurgie et/ou radiothérapie), évolue en plusieurs étapes. Il est sensible à un traitement hormonal (anti-testostérone) pendant un certain temps, en moyenne trois ans, variable selon les patients et selon la maladie, puis il ré-évolue et nécessite d'autres traitements comme de la chimiothérapie.
Malheureusement, chaque traitement a une durée d'efficacité limitée dans le temps et à un moment donné de l'évolution, il n'existe plus de médicament disponible et adapté, permettant d'éliminer les cellules tumorales. C'est à ce moment que le médecin oncologue référent peut parler d'arrêter tout traitement curatif.

Arrêt du traitement curatif

L'arrêt du traitement anti-tumoral, dont l'objectif est d'éliminer la tumeur, ne signifie pas un risque de décès imminent, mais que le bénéfice attendu d'un nouveau traitement n'est pas suffisant au vu des effets secondaires attendus. Cette décision est prise entre le médecin et son patient, afin d'éviter ce que l'on appelle parfois l'acharnement thérapeutique. Cela ne signifie pas non plus qu'il va y avoir arrêt des soins, puisque les symptômes liés à cette progression seront pris en charge, avec l'aide si besoin d'une équipe spécialisée dans la douleur ou en soins de support. Chaque service d'uro-oncologie est en mesure de proposer plusieurs solutions de soins pour améliorer la qualité de vie à partir de l'arrêt du traitement curatif.

Les soins de support

Les traitements de support interviennent au stade incurable de la maladie, pour améliorer la qualité de vie, sans prolonger la survie. Ils sont destinés à ralentir l'évolution de la maladie, ou à soulager des symptômes comme la douleur, la fatigue, etc. Ils visent également à apaiser les souffrances psychologiques des personnes malades mais aussi de leurs proches.

Une équipe pluridisciplinaire est alors chargée d'assurer les meilleurs soins possibles, composée de médecins, d'infirmiers, d'aides-soignants, de kinésithérapeutes, de psychologues ou encore d'assistantes sociales. Les soins de support sont dispensés par différentes structures :

 


A lire ensuite…

Les traitements

Les traitements associés et soins de support

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser