Le cancer de la prostate

Réalisé en collaboration avec des experts de différentes spécialités (urologues, oncologues, sexologues, psychologues, etc.), Prostanet.com est un site d’information dédié exclusivement au cancer de la prostate, à destination des patients et de leurs proches

A+A-

Evolution de la prise en charge médicale et de la maladie

Un homme souriant sur une plage profite de l'évolution de sa prise en charge

Pendant et après le traitement anti-tumoral, un suivi étroit et rigoureux est nécessaire pour surveiller l'évolution de la maladie et l'efficacité des traitements. Il dépend du traitement que vous avez reçu et impose une coordination efficace entre vous, votre urologue et votre médecin traitant. Ce suivi est indispensable pour contrôler la disparition de la tumeur, et détecter de façon précoce la survenue d'une éventuelle réapparition du cancer (récidive). La recherche des signes de progression se fait essentiellement par un dosage du PSA. Si vous présentez des symptômes qui peuvent faire suspecter une récidive (comme des douleurs osseuses par exemple), votre médecin pourra éventuellement demander la réalisation d'une nouvelle biopsie ou d'autres examens qui permettront d'affirmer ou non la présence de cellules tumorales. La récidive peut être locale, c'est-à-dire que les cellules tumorales sont de nouveau présentes dans l'environnement prostatique, ou à distance. Dans ce cas, les cellules tumorales ont migré vers d'autres organes pour former des métastases.

Si le diagnostic de récidive est posé, un nouveau plan de traitement vous sera proposé, élaboré par la Réunion de Concertation Pluridisciplinaire. Les options thérapeutiques à envisager dans cette situation sont essentiellement la radiothérapie, la chimiothérapie et l'hormonothérapie. La nouvelle stratégie thérapeutique sera discutée entre votre médecin et vous-même, et après avoir obtenu votre accord elle sera inscrite dans votre Programme Personnalisé de Soins (PPS).

Si le traitement tumoral devient inefficace et ne parvient plus à contrôler l'évolution de la maladie, votre médecin peut suggérer un arrêt du traitement curatif. Cette décision est prise conjointement entre votre urologue et vous-même. Dans ce cas, la prise en charge des symptômes, comme la douleur par exemple, devient l'essentiel du traitement qui est appelé « traitement palliatif ». Une équipe spécialisée est chargée de préserver au maximum votre qualité de vie, tout en vous apportant le soutien nécessaire, ainsi qu'à votre famille.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser