Le cancer de la prostate

Réalisé en collaboration avec des experts de différentes spécialités (urologues, oncologues, sexologues, psychologues, etc.), Prostanet.com est un site d’information dédié exclusivement au cancer de la prostate, à destination des patients et de leurs proches

A+A-

La pratique du vélo favorise-t-elle le cancer de prostate ?

Couple sénior en vélo, au milieu des champs

Le cancer de la prostate est une maladie fréquente, diagnostiquée chez l’homme en moyenne à l’âge de 70 ans en France. Il représente plus d’un quart des nouveaux cas de cancers masculins avec plus de 53 000 diagnostics en 2011. Certains facteurs de risque sont aujourd’hui identifiés, mais la pratique du vélo en fait-elle partie ?

Les hommes ne sont pas tous égaux face à la maladie. Dans le cas du cancer de la prostate, des facteurs de risque ont été identifiés. Parmi eux, certains ne peuvent être éviter, tels que l’âge, l’hérédité ou encore l’origine ethnique. A l’inverse, l’homme peut réduire le risque de développer des cellules tumorales grâce à une alimentation équilibrée et adaptée.

Concernant les activités de loisir, une idée répandue est celle selon laquelle faire du vélo favoriserait le cancer de la prostate. Pourtant, aucune étude scientifique permettant de faire un lien entre cette pratique et le risque de cancer de la prostate n’a été publiée. Une seule étude anglaise parue dans Journal of Men’s Health évoque un risque augmenté de maladie chez les hommes pratiquant plus de 8 heures de vélo par semaine. Mais aucun conseil de prévention ne peut être déduit des résultats d’une étude unique, qui doivent être confirmés par d’autres études scientifiques. Donc aujourd’hui, rien ne permet d’affirmer que la pratique du vélo favorise la survenue d’un cancer de prostate.

En revanche, il a été montré que cette pratique pouvait influencer les résultats du dépistage du cancer de la prostate. En effet, faire du vélo entraîne une légère augmentation du taux de PSA (Prostate Specific Antigen), qui est un des marqueurs recherchés lors du dépistage. C’est pourquoi, il est conseillé de ne pas en faire plusieurs jours avant la prise de sang.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser