Le cancer de la prostate

Réalisé en collaboration avec des experts de différentes spécialités (urologues, oncologues, sexologues, psychologues, etc.), Prostanet.com est un site d’information dédié exclusivement au cancer de la prostate, à destination des patients et de leurs proches

A+A-

A 80 ans, le cancer de la prostate est-il une maladie dangereuse à mon âge ?

Un homma mature a les coudes appuyés sur une table et se pose des questions sur son cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est une maladie fréquente, représentant 28 % des nouveaux cas de cancers masculins. Mais tous les hommes sont-ils concernés ? Est-on plus à risque à 80 ans ?

Le cancer de la prostate touche des hommes de toutes les tranches d’âge. Le risque d’en être atteint est très faible à 40 ans, mais augmente progressivement avec l’âge. Le diagnostic est ainsi posé en moyenne à 70 ans.

Les référentiels de bonnes pratiques validés par les experts ne recommandent pas aujourd’hui de dépister un cancer de la prostate chez un patient de plus de 75 ans qui ne présente aucun symptôme. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’existe pas de forme agressive de la maladie après cet âge. C’est votre médecin traitant ou votre urologue, qui prendra la décision ou non d’envisager la recherche d’un cancer de la prostate en fonction de votre état général, de votre symptomatologie et des données de l’examen clinique (comprenant le plus souvent un toucher rectal). La décision finale de dépistage vous revient, après une information complète et individuelle sur les conséquences d’un éventuel diagnostic.

Le dépistage du cancer de la prostate consiste en un dosage sanguin du PSA (Prostate Specific Antigen). En fonction des résultats, d’autres examens (test urinaire PCA3, biopsie, imagerie) peuvent vous être prescrits en complément. Si un cancer de la prostate est diagnostiqué, vous serez suivi par un oncologue qui vous proposera la prise en charge la plus adaptée à votre cas : votre médecin prendra en compte votre état général, votre symptomatologie, votre taux de PSA, le potentiel d’agressivité de votre maladie (score de Gleason) et son stade. Un traitement peut vous être proposé ou non : parfois une simple abstention-surveillance est préconisée ; dans d’autres cas, un traitement, en général une hormonothérapie, est mis en place.

Qu’elle que soit ses composantes, la prise en charge du cancer de la prostate a pour objectif de conserver au maximum votre qualité de vie. C’est pourquoi, un dépistage et un diagnostic à un stade précoce sont essentiels.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser