Le cancer de la prostate

Réalisé en collaboration avec des experts de différentes spécialités (urologues, oncologues, sexologues, psychologues, etc.), Prostanet.com est un site d’information dédié exclusivement au cancer de la prostate, à destination des patients et de leurs proches

A+A-

Troubles sexuels… Quand en parler ?

Un couple mature complice face au cancer, se promène dans la foret

Aujourd'hui, il est reconnu que le cancer de la prostate a un impact sur la vie sexuelle. La maladie et ses traitements (prostatectomie, radiothérapie, curiethérapie, etc.) sont en effet susceptibles d'être à l'origine de troubles sexuels.  Les dysfonctions érectiles pouvent compliquer vos rapports sexuels et mettre à mal votre vie de couple. Mais quand en parler ?

Maintenir ou retrouver une vie sexuelle de qualité satisfaisante est un grand sujet d'inquiétude pour beaucoup de patients. La plupart du temps, ils n'osent pas aborder cette question, qu'ils considèrent d'importance secondaire, en particulier au moment de l'annonce du cancer. Pourtant, les troubles sexuels sont loin d'être un sujet frivole : ils sont souvent les conséquences les plus importantes, voire les seules, du traitement de votre cancer.

C'est pourquoi il faut parler de ces dysfonctionnements le plus tôt possible. Cela vous permettra de savoir par avance ce qui peut se produire et quelles sont les solutions pour y remédier. Les troubles sexuels peuvent parfois survenir dès l'annonce du cancer. Ils peuvent être d'apparition brutale, comme après la chirurgie (prostatectomie), ou progressive, comme après une radiothérapie.

Si vous ne recevez pas d'information à ce sujet, n'hésitez pas à poser vos questions dès l'annonce du diagnostic. Qu'il s'agisse d'interrogations concernant la libido, les troubles de l'érection ou de l'éjaculation.

Par la suite, n'hésitez pas à aborder ces problèmes à chaque consultation si nécessaire : une prise en charge spécifique pourra être envisagée, l'équipe soignante comportant généralement un sexologue. La sexualité impliquant nécessairement une autre personne dont la vie sexuelle sera également impactée par la maladie, il faut en parler en couple et venir consulter de préférence à deux pour une meilleure prise en charge. C'est d'autant plus important qu'il existe des solutions qui permettent, dans tous les cas, de continuer à avoir une vie sexuelle satisfaisante malgré la maladie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser