Le cancer de la prostate

Réalisé en collaboration avec des experts de différentes spécialités (urologues, oncologues, sexologues, psychologues, etc.), Prostanet.com est un site d’information dédié exclusivement au cancer de la prostate, à destination des patients et de leurs proches

A+A-

Le couple face au cancer

Surmonter le cancer en couple, en se soutenant

Les troubles de l'humeur et le sentiment de détresse présents chez toute personne atteinte d'un cancer semblent en grande partie majorés en cas de cancer de la prostate, à cause de l'atteinte sexuelle qui lui est liée et va retentir sur la vie de couple.

Le caractère inéluctable des difficultés sexuelles engendrées par le cancer de la prostate est bien souvent à l'origine de troubles de l'humeur, avec un niveau d'anxiété élevé, une tendance à l'isolement et au repli sur soi, ainsi que des troubles dépressifs.

Dès le moment de la réalisation des biopsies prostatiques, certains hommes ont des problèmes d'érections liés à l'anxiété.

Lors de l'annonce du cancer, les préoccupations concernant les conséquences sexuelles sont au premier rang du sentiment de détresse pour une large majorité de patients et beaucoup d'entre eux se disent même prêts à sacrifier une partie de leurs chances de survie à 5 ans en échange du maintien de leur fonction sexuelle.

Les troubles de l'humeur et la tendance à l'isolement sont souvent responsables de nombreuses tensions au sein du couple. Les conduites d'évitement face aux difficultés sexuelles et au cancer, ainsi que l'absence de communication, peuvent affecter en profondeur la qualité de la relation à deux, la plupart des femmes acceptant mal de ne pas pouvoir soutenir affectivement leur partenaire malade qui s'y refuse.

La qualité de la communication de départ entre partenaires est souvent déterminante dans l'installation des troubles de l'humeur de l'homme atteint de cancer de la prostate, ainsi que dans son devenir sexuel. Lorsque l'inquiétude de la partenaire de l'homme atteint d'un cancer de la prostate bute sur son silence et son isolement, elle a tendance elle-même à s'isoler et à éviter tout contact.

Inversement, lorsque la communication reste satisfaisante au sein du couple, et permet d'affronter ensemble les difficultés apportées par la maladie, les différents problèmes qui y sont liés seront plus facilement résolus, y compris sur le plan sexuel. Lorsque le couple considère le problème sexuel comme une difficulté à résoudre à deux, les perturbations émotionnelles et le sentiment de détresse s'avèrent significativement moins importants chez les deux partenaires.

Conséquences sur le couple

Le cancer de la prostate et les différents traitements thérapeutiques utilisés peuvent induire des changements dans les relations du couple.

L'homme peut remettre en question son identité en tant qu'homme et en tant que mari. La femme peut s'interroger sur son statut : suis-je une femme, une épouse, une infirmière… ?

La relation peut se compliquer car en général nous voulons faire tout notre possible pour aider l'autre qui est malade, et dans ce cas la maladie et les soins peuvent prendre beaucoup de place aux dépens de la relation affective. Le partenaire peut se retrouver parfois épuisé par rapport à la charge qu'il doit supporter tant au niveau physique que psychique. Il arrive aussi que la maladie puisse faire peur, générer des angoisses, un fossé risque alors de se creuser dans le couple.

Certains traitements ont des répercussions sur la vie sexuelle à différents niveaux :

La modification de l'image de son corps, ou la crainte de ne plus pouvoir satisfaire son/sa partenaire peuvent avoir aussi une incidence.
Il peut exister alors une rupture entre l'affectivité et la sexualité. Le risque serait pour certains d'éviter le contact pour ne pas se trouver en difficulté.

Parler de ses peurs, de ses difficultés, de ses appréhensions aide le couple à trouver des solutions à deux. Il pourra s'agir par exemple de trouver dans le temps d'autres formes de relations, d'inventer un nouveau mode de sensualité.

Si certains aspects de la sexualité sont modifiés, vivre sa sexualité reste possible. Un dialogue entre la personne, son partenaire et les interlocuteurs médicaux permet d'exprimer les doutes et les questions et d'obtenir des réponses face aux difficultés rencontrées.

Vous pouvez par exemple vous adresser aux psychologues ou aux sexologues.

 


A lire ensuite…

La fatigue

L’accompagnement psychologique

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser